Liste arts de la rue

Archives de la liste Aide


[rue] [Re-Rue] A VOUS Paris !


Chronologique Discussions 
  • From: benoitpiel < >
  • To: Liste rue < >
  • Cc: Jacques LIVCHINE < >
  • Subject: [rue] [Re-Rue] A VOUS Paris !
  • Date: Mon, 31 Oct 2016 13:08:12 +0100

Permettez un petit retour de modeste metteur en Rue Libre.

Comme d'habitude Jacques Livchine produit une critique exigeante, c'est salvateur, je suis d'accord avec les points soulevs.

Sur la libre _expression_, oui nous l'avions.
Mais nous ne rclamions pas que pour nous. Jouer modestement et bruyamment le rle de petits mdia du coin de la rue a fait partie de notre histoire.
Crier et danser pour plus de libert en diffusant des messages gnreux c'est aussi notre boulot.
La   manif pour tous  dfile pour crier le contraire, on la laisse faire aussi.

Rue Libre c'est pour la presse, c'est du lobbying  ? Oui.
Notre marketing est assure par nous-mmes et pas par des spin doctors  a nous correspond, c'est courageux et risqu.
Sur le + d'argent dans la culture, je ne sais pas vous, mais les compagnies que je connais ont toutes vcues une baisse trs forte du volume de programmations depuis au moins 2 ans.  On galre tous pour bosser... alors o va l'argent ? Je suis au raz des pquerettes sans doute mais c'est une vraie question.


Maintenant la phrase  :  La troupe phmre () Ils ont fait ce quils pouvaient. Pour la fois prochaine, je proposerai une vraie compagnie professionnelle aguerrie la dambulation. Le bnvolat a ses limites.
Alors la...  !??

Qui est le je de je proposerai  ? Jacques connait les arcanes et joue la mouche du coche, mais pour les autres, je trouve important de redire que A NE SE PASSE PAS DU TOUT COMME A RUE LIBRE  ! En tous cas pas en Idf.

  Je proposerai sous-entend qu'il y a une compagnie rfrante, un leader  ? Capable, pourquoi pas, de faire   4 heures de note la suite de la rptition  ? 

Qui  ? et quelle runion s'est point celui qui fait autorit ce point  ? Je l'ai rat  !

Rue Libre se fait avec des tas de runions avec des gens aux mtiers diffrents.
Les choses avancent lentement. Quelqu'un arrive avec une ide puis on ne le revoit plus avant 4 ou 8 runions, plus le temps...  d'autres arrivent en disant   moi je sais ce qu'il faut faire mais vous tes cot les gars, salut .

Chaque anne certains investissent plus que d'autres. Cette anne l'ide de la Marianne conditionnait la suite, les constructeurs ont passs du temps, Serge a sillonn la France en camion.
Mais pour le reste, au moins 80% des participants Rue Libre arrivent le jour mme.
Malgr des dizaines de mails de rcap et d'appel participation.

Il y 2 ans c'est un groupe d'une dizaine de personnes, dbarques au dernier-dernier moment, qui a fait l'essentiel de la brigade d'accueil sur le Rue Libre des boites-gantes Rpu  !!  Ils nous ont sauv la journe  ! 
il s'agissait de copains de copains, pas des comdiens de rue du tout, ils venaient se marrer, dcouvrir, ils ont t super  !
Sans eux nous aurions t 5 sur la brigade et cette anne l il y avait des huiles qui dfilaient au micro fallait que a vive.

En prpa nous cherchons donc un concept avant tout.
Un concept a permet d'inviter tout le monde participer un happening, au dernier moment, l'impro, c'est un de nos savoir faire. Oui, y'a du dchet forcment...
Rue Libre, depuis des annes, ne permet pas d'aller beaucoup plus loin.

J'entends chaque fois des collgue bienveillants venus assister  :   Rue Libre cette anne c'est pas terrible  ou   Rue Libre cette anne c'est plus beau que d'habitude  .
J'ai toujours envie de rpondre  : tu es du mtier alors dbranche ton cerveau de consommateur et viens aux runions de prpa. C'est dans l'air du temps en plus et nous avons une culture d'avance  : le collectif, l'conomie participative, l'change des savoirs, les consom-acteurs...

  J'ai expriment sur moi-mme, a m'a pris plusieurs annes  : ce qui est difficile sur Rue Libre c'est de travailler ensemble, d'apprendre couter les autres, conduire en grandeur nature l'exercice du compromis mais aussi ne pas lcher et aller au bout de l'ide laquelle on croit. 
Il y a un peu de sous fd pour la logistique, et tout le monde attend celui qui arrive avec une vision qui pte bien et qui se montre prt la porter  !! alors venez  !!!!

Mais nous n'avons pas tant que a l'habitude de faire ensemble. Et les crateurs sont nergiques et fiers parfois avant d'tre collectif.
On peut voir au fil des runions de l'inquitude sur certains visages  :   mais qu'est-ce qu'on est en train de faire  ?? celui l dit des conneries, celle-ci fait trop long, on abandonne les bonnes ides!... le qualitatif est en train de se casser la gueule, Rue Libre va tre moche  !  .
Oui le risque est bien l  ! que oui  !
Alors comment sauver le travail plusieurs  ?

J'habite le mme quartier depuis 25 ans, je vois beaucoup plus de chiens qu'avant j'en suis sr. De trs jeunes femmes et jeunes hommes avec un chien, seuls dans la brume de l'aube ou du crpuscule pour les caca-trottoir... Paris, un/une jeune clibataire, avec chien, dans 25 m2  ?
Je vois aussi des millions de joggeurs. a, a dborde  !
Allez les voir passer la fin du marathon de Paris, on dirait la srie The Walking Dead  ! Tous dans la mme direction, baveux, les yeux vides, des sponsors partout et des montagnes de dchets plastique sur les cots. Un rsum de la socit  ?
Mais les crans aussi a rend narcissique, individualiste.

Aimer son chien, aimer son corps, embellir son profil facebook c'est pas du collectif. Consommer a se fait tout seul et critiquer aussi. Nous sommes des lutteurs mais faisons partie du monde. Les critiques de Jacques L visent proposer, avancer, mais ce n'est pas le cas de bon nombre de critiques entendues partout. L'analyse critique est une tradition de la vraie gauche, mais c'est mal vu dans le systme. On prfre les ditocrates, les billets d'humeurs bien sauvages et mme l'aigreur assume.

On ne critique bien qu'en faisant, de concert. Sortir du classement, se chercher un accomplissement en dehors de la seule russite personnelle...
je vais pas faire le cur plus longtemps, mais Rue Libre c'est, en tous cas pour moi, d'abord marcher sur un fil. Faire avec les autres, sans tre pay, sans avoir le temps, en se prenant les critiques (bienveillantes) des copains et pour finir pas se demander   mais quoi a sert au fond    ?
a sert apprendre refaire socit. Nous sommes trs concern par cet enjeu dans l'exercice de nos mtiers donc aux premires loges pour en tre les hrauts.
a s'entretient, a s'apprend et ce n'est pas toujours valorisant.

Enfin Jacques Le bnvolat a ses limites  Merci  ! Bravo et banco  !!
Pour les 20 ans de la fd l'an prochain (si j'ai bien compris) on fait un Rue Libre vraiment pro ! Une vraie troupe phmre pro, avec des rptitions, un ou plusieurs metteur en espace, et soyons fou : un peu de fric pour se payer un vrai temps de travail.
Si nous sommes bons, le truc permettra d'accueillir l'impro des derniers venus du jour mme.
Je m'inscrits tout de suite, je ne compterai pas mon effort, promis.

La bise, et merci tous, j'ai pass un super moment Rue Libre 2016 (et c'est vrai que c'tait plus beau que d'autres RL ;-)

Benoit Piel

Le 30 oct. 2016 09:35, Jacques Livchine a crit :

 il faudra bien relativiser les communiqus de victoire de Rue Libre et les auto- flicitations et autres congratulations. 

Jean Luc a trait la face positive, moi je vais un peu gratigner, mais cest pour progresser, pas pour faire le grincheux. 

On a commenc entre nous, Place de la Rpublique, et on a termin entre nous lassemble Nationale.  

Nous,  les plus grands rassembleurs de public,  je dis bien  nous tions entre nous. 
Je le sais depuis longtemps, puisque pendant 9 ans Montbliard jorganisais avec Herve  les samedis pitons, et que nous narrivions jamais dpasser les 80 personnes. 

Le thtre de rue est un immense malentendu. Ce nest pas notre thtre quaiment les gens, cest la fte, le rassemblement  de centaines de compagnies dans des rues trop petites, avec de la bire, des stands de bouffe etc

Aprs,  cest sr,  ctait difficile de ne pas nous voir aux Tuileries surtout quand Madame ne passait pas la porte, rue de Rivoli, et l enfin on a eu un peu de chaleur humaine, des centaines de touristes estomaqus prenaient des milliers de photos, l les ingrdients y taient, adversit, Suspens,   
Enfin des badauds, enfin du monde. 

Notre manifeste sonnait faux. 
On rclamait la libre _expression_ dans lespace public,  or on lavait,  la prfecture nous avait offert un parcours de rve, on a travers tout Paris. On se plaignait de trop de scurisation de lespace public, deux scooters de flics  devant et une voiture derrire. Cest tout.  Un matre de crmonie de la police trs aimable nous montrait le chemin. On crait des embouteillages normes , ils nous avaient  donn tous les droits. 
Pour la scurit cest nous qui  trainions une dizaine de barrires Vauban symboliques. 
Jhallucinais. 
On nous a juste barr laccs aux jardins du Palais Royal, et heureusement car nous aurions  cri sous les fentres du Ministre sur labsence de moyens alors que le budget vient de passer pour la premire fois la barre symbolique des 1%  et que quelques compagnies de rue se voient considrablement augmentes.  + 1,7 M. pour la rue le cirque, bon daccord il y a 2,3 M pour la scurit, et 116 M pour la dmocratisation culturelle !  

Alors qui ntait pas l ?  Personne ntait l. Heureusement la fin, lami dput qui nous soutient Patrick Bloche  est venu dire quelques mots. 
Jai chang trois phrases avec Isabelle Loursel, une des candidates de Chalon. Bruno de Beaufort reprsentait les CNARS, lui qui na mme pas de lieu. 

A la toute fin, Christophe Evette des Grandes Personnes  nous a fait une performance magique, il a transform Marianne en africaine. L on sest bien loign du corporatisme, et notre Lucile Rimbert a dit quelques phrases de Victor Hugo bien senties. Sauf que le seul public ctait nous. 

Tu me diras que Rue Libre ce nest pas pour le public , cest pour FR 3 et la presse.

Oui , La Marianne est belle et fascinante, il  a raison Gilles den tre fier. 

La troupe phmre qui laccompagnait Hmm,  bon on connait  toutes les  excuses. Pas de rptition, pas de costume, pas de chorgraphie, pas de metteur en scne. 
cinq  heures de jeu continu Ils ont fait ce quils pouvaient.  
Pour la fois prochaine, je proposerai une vraie compagnie professionnelle aguerrie la dambulation.  
Le bnvolat a ses limites. 

Quand je pense que lon a interdit les batteurs de pav Chalon et que l, nous occupions  tout Paris pendant 5 heures bloquant carrment les grands boulevards, la rue de Rivoli, les quais de la Seine, faudrait  que cela fasse jurisprudence. 

Calvier me confiait que  pour la prfecture il avait demand les droits dune manifestation pas un vnement artistique. Alors transformons Aurillac et Chalon en manifestation de protestation.  

Je lisais un papier sur la compagnie de Sylvain Creuzevault, ils jouent deux heures et ont droit 4 heures de notes. 
Nous on joue cinq heures et on dit a sest bien pass, ctait trs chouette, flicitations  tous. 
Il ya  de la marge entre ces 2 extrmes.

Tous au cimetire  ! 



jacques Livchine 
Metteur en songes 




Archives gérées par MHonArc 2.6.19+.

Top of page