Liste arts de la rue

Archives de la liste Aide


Re: [rue] Cahier à charges


Chronologique Discussions 
  • From: Cie Acidu < >
  • To:
  • Subject: Re: [rue] Cahier à charges
  • Date: Fri, 23 Mar 2018 10:48:24 +0100

Quel fatras! Un retour du refoulé avec tout le vocabulaire affilié.  Ces pauvres artistes auxquels on demande d'être utiles alors que c'est leur génie, leur démarche perso qu'il faudrait arroser, encenser, glorifier!

On a vu ce que ça a donné pendant des années avec tous ces "grands" metteurs en scène tournant en rond dans leurs scènes nationales ou leurs CDN au profit une secte de thuriféraires abonnés.

"l'ART est public!", Simonot, Thibaudat, ça leur est passé à côté!

la question de la place de l'ART dans la cité, question impie, bien sûr. Sauf qu'on ne voit pas ce qu'elle a de "néo-libéral', qualificatif totalement abusif!

Je vous laisse avant de m'énerver

Pierre



Le 23/03/2018 à 10:30, François Mary a écrit :

 

Le manuel du parfait entrepreneur de spectacles néo-libéral - 23 mars 2018 Par Jean-Pierre Thibaudat Blog : Balagan, le blog de Jean-Pierre Thibaudat

 

Michel Simonot publie « La Langue retournée de la culture », un pertinent opuscule qui montre comment le langage de la culture a intégré la pensée néo-libérale dominante, depuis les élus jusqu’aux ministères en passant par les artistes et les directeurs souvent devenus des managers.

Ce qu’il y a d’ennuyeux dans une société comme la nôtre, c’est qu’il existe encore des artistes de théâtre irréductibles. Il ne pactisent pas avec le diable pour obtenir à n’importe quel prix un kilo de notoriété, ils ne sont pas prêts à signer un cahier des charges de compromissions pour obtenir des postes si possible bien rémunérés et durables. Ces artistes-là, la crème des irréductibles, n’écoutent que ce qui les travaille au corps, ils veulent en découdre avec les ombres, cherchent l’inconnu et entendent faire une œuvre. Non seulement pour eux-mêmes, leurs proches et amis, mais pour tous ceux qui voudront bien s’en approcher, s’en saisir.

Cahier à charges

Ces artistes-là sont imprévisibles, parfois inconstants, excessifs, toujours déterminés. Ils échouent parfois mais savent rebondir à partir de leurs échecs. Bref : ils emmerdent le monde libéral dans lequel nous évoluons. Autrefois, on les respectait voire on les craignait (ou on faisait semblant pour mieux les utiliser et les tromper). Aujourd’hui, on les traite d’élitaires, d’élitistes, de narcissiques, de gros prétentieux, de chieurs, de dépensiers, de vieux cons, de poids morts. On les brocarde, on les cloître dans un pré, on tourne la tête quand on les voit passer. Et, dernier argument du parfait néolibéral : ils sont trop chers (traduisez : trop entiers), on ne peut pas discuter avec eux (traduisez : réduire leur rêve à peau de zébu). Laissons croupir ces maudits dans leur coin et passons aux affaires courantes.

Vous avez un brin de fibre créatrice en vous que vous souhaitez manifester en toute indépendance mais en même temps pour avoir un poste, une subvention, vous êtes prêt à ce que votre fibre soit canalisée, déformée et instrumentalisée, qu’elle devienne un moyen et non une fin, vous êtes prêt à entrer dans une case et à répondre oui à toutes les lignes du cahier des charges qui vous a préalablement été remis avant de déposer votre candidature. Si c’est le cas, La Langue retournée de la culture de Michel Simonot vous aidera à ne pas commettre d’erreurs stratégiques, à employer les bons vocables, à parler la novlangue libérale et à en défendre les valeurs avec la foi du charbonnier. Bref : à retourner à votre profit tout ce que ce livre pointe, souligne, analyse et dénonce.

Dans des domaines comme la peinture, la musique et le cinéma où l’art est aussi une industrie, on s’en accommode plus aisément, on ruse, on suce, etc. Dans le monde plus retors et chimiquement déficitaire du théâtre, et plus généralement des arts dits vivants, c’est la plaie. D’où la privatisation rampante mais de plus en plus galopante du théâtre public, lequel prend tous les risques tandis que l’autre tire les cordons du par-ici-les-pépètes en cas de succès et donc de reprise dans le privé. L’échec au théâtre, surtout pour les plus jeunes, les plus fragiles, est un plat qui se mange des années durant, il peut être sans retour. Le néo-libéralisme au théâtre rechigne à repasser les plats et, face aux plus récalcitrants, il sait faire rendre gorge ne serait-ce qu’en culpabilisant.

De l’établissement à l’entreprise

Dans le monde néo-libéral, l’artiste n’est plus un artiste unique mais un artiste en responsabilité. Ce qu’il fait n’est pas la résultante de son jus de crâne mais répond à une commande sociale que doit illustrer son projet, lequel se doit de biffer son identité propre, ses visions, ses obsessions. L’artiste (un bien grand mot, vous en conviendrez) ne travaille plus pour être vu et reconnu, pas à pas, par ses contemporains voire par les siècles futurs, il travaille désormais pour l’immédiat, le saisonnier, le coup, le one shot, bref : il répond à des appels à projet. Abonné au discontinu, il accumule sans articuler. C’est un distributeur et non plus un constructeur. Ses spectacles doivent être aisément repérables, identifiables et classables (le néo-libéralisme adore mettre le monde en cases), ils doivent satisfaire aux normes, aux cahiers des charges des entreprises (anciennement établissements). L’artiste n’est plus en liberté, il est sous surveillance, il est de moins en moins un inventeur et de plus en plus un prestataire de services. 

C’est de cela, entre autres, que parle le livre de Michel Simonot. Tous les mots ci-dessus en italiques et bien d’autres y sont disséqués. Il sait de quoi il parle puisqu’il a dirigé et codirigé plusieurs établissements et qu’il est, par ailleurs, sociologue. Via les insidieux changements de vocabulaire, Simonot peint par petites touches l’âpre tableau d’un monde qui fut guerrier et qui aujourd’hui semble avoir rendu les armes (il existe toutefois quelques fortins qui résistent), hormis celles des mots, et encore. Il constate par exemple que le SYNDEAC a troqué son E de « Etablissements » pour le E de « Entreprises ». Ainsi le directeur tend à devenir un manager, la création artistique un produit (étiqueté), la subvention est de plus en plus supplantée par la recherche de financements, multiples ou dits croisés, etc. Des symptômes parmi d’autres.

Simonot montre comment l’art n’est plus au centre mais à la périphérie. C’est ce que l’on observe dans les processus de nominations : « dans la plupart des communiqués ministériels ou de collectivités annonçant les appels à candidature et nominations dans les organismes culturels, les formulations mettent principalement l’accent sur les objectifs sociaux, territoriaux, éducatifs et de moins en moins, ou à la marge, sur l’intérêt artistique des nominés et de leurs projets », note Simonot. La singularité de l’artiste? La force d’un collectif ? Peanuts. Ou encore ceci : « Le bon artiste subventionné se soucierait de la demande de la population, le mauvais artiste ne se préoccuperait que de son offre personnelle. Aujourd’hui, ce dernier serait, s’il est subventionné, un artiste irresponsable. »

Bon, je vous laisse, j’ai un dossier à rédiger pour un appel à projet. Et Machinette, qui parle couramment le néolibéral, est en congé maternité. Je vais relire le Simonot, ça devrait aller.

Michel Simonot, La Langue retournée de la culture, éditions Excès, 110 p., 10€.

 



--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7
Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue
Et pour râler, c'est ici : 
 


Garanti sans virus. www.avast.com
begin:vcard
fn:Pierre PREVOST
n:PREVOST;Pierre
tel;work:06 07 27 75 57
version:2.1
end:vcard




Archives gérées par MHonArc 2.6.19+.

Top of page