Liste arts de la rue

Archives de la liste Aide


RE: [rue] envie de vous raconter...


Chronologique Discussions 
  • From: François Mary < >
  • To: < >
  • Subject: RE: [rue] envie de vous raconter...
  • Date: Wed, 30 Jan 2019 15:56:18 +0100

Merci pour ces nouvelles. ça ne sont pas les propositions théâtrales sous forme déambulatoire qui manquent. Dans le genre, Bougrelas, pour citer une compagnie du Sud-Ouest, excelle.

 

Ce qui manque à certains endroits pour ces formes, c’est de la liberté de respiration dans l’espace public. Trop souvent programmer ce type de spectacle nécessite des obligations de sécurité onéreuses qui contraignent les organisateurs à renoncer.

 

A suivre la retranscription,

Bien à vous,

François

 

De : [mailto: ] De la part de De Tournadre Alban ( via rue Mailing List)
Envoyé : mercredi 30 janvier 2019 14:13
À : Liste Rue;
Objet : Re: [rue] envie de vous raconter...

 

Salut Mathurin,

salut la rue.

 

Je tenais simplement à souligner combien cette initiative me paraît précieuse.

Cela commence à faire un moment que je me dis que ça manque.

Que ça manque vraiment.

Des endroits et des temps pour parler du travail.

De la recherche.

De la conception.

Des méthodes conscientes ou inconscientes.

Des outils.

De l'absence d'outils.

Ça manque des moments où on pourrait se montrer nos marteaux, nos truelles, nos pioches.

Ça manque des endroits où on pourrait les partager.

 

Bien sûr on le fait à deux, à trois, parfois un peu plus, autour d'un verre ou d'une assiette.

Mais j'ai souvent l'impression que c'est peu.

L'impression que ce serait tellement riche de proposer à l'autre nos mécaniques intimes, et tellement riche de plonger dans les mécaniques intimes de l'autre.

 

Donc, je voulais te/vous saluer pour cette initiative, elle concerne un champs précis, celui de la parole et du déplacement, mais elle donne envie d'en inventer d'autre. Je ne sais ni où, ni comment, ni autour de quoi, mais ça donne très envie.

 

Et puis, ça me fait penser à d'autres choses, alors je continue un peu.

Première fois que je vous écrit d'ailleurs, chère liste rue.

Je me dis, ça manque aussi des endroits et des moments où les porteurs et porteuses de projet comme on dit, pourraient échanger sur la réalité triviale et concrète. La production, l'admin, le développement ou pas de nos structures, ces choses là.

Je me dis aussi que ça manque un moment pour que les équipes qui travaillent dehors, dans le réel, au contact permanent du réel, se redisent pourquoi. Reformulent ensemble la raison de leur présence à cet endroit d'inconfort et d'urgence. Toutes générations confondues j'entends...

 

J'ai toujours trouvé étonnant qu'on ait pas inventé un lieu pour ça. Peut-être tout simplement parce qu'on ne prend pas ce temps là, ou parce qu'on a l'impression que chacun ses recettes et puis voilà. Je ne sais pas, je me dis que ça nous rendrait plus forts.

 

Je m’arrête là.

Encore bravo les déambulateurs parlants !

 

Alban

cie l'Aubépine

 

 

 

Le lundi 28 janvier 2019 à 16:40:10 UTC+1, Mathurin Gasparini < > a écrit :

 

 

Compte-rendu subjectif du séminaire autour des déambulations théâtrales qui s’est tenu du 21 au 25 Janvier 2019 à Quelques p’arts…

Il y a eu le plaisir de se retrouver et d’échanger, autour de la question « et toi, tu fais comment ? ». Partager nos moteurs, nos réflexions, nos manières de jouer avec les contraintes.

On s’est demandé si ce que l’on faisait était bien spécifique, pouvait être défini, si c’était un genre et quel nom lui donner ? Déambulation théâtrales ? Théâtre déambulatoire ? En déambulation ? Parcours théâtral ? bien sûr, nous n’avons pas tranché.

Il y avait surtout l’envie de dire à quel point nous aimons jouer, dire nos textes, dans la rue, emmener le public avec nous, nous adresser à un public qui soit prêt à nous suivre et à jouer avec nous. La fragilité de nos manières de faire, la générosité et la disponibilité que cela demande et que nous défendons.  

Il y avait des êtres humains, créateurs d’objets artistiques, qui prennent un moment pour se raconter, pour se livrer, et ce n’est pas toujours  simple, souvent l’émotion arrive et c’est comme ça, on est sensibles dès qu’il s’agit de parler de nous et de ce qui nous anime.

Il y avait 12 personnes, parce qu’on ne voulait pas être trop nombreux, afin de garder une justesse de paroles. Il y avait Françoise de la Baleine-Cargo, Laura et Cécile des Fugaces, Périne des arts oseurs et Caroline de la Hurlante. Fabrice de No Tunes et François d’Action d’Espace, et moi, Mathurin, du Groupe ToNNe. Pour nous accompagner, il y avait Maude qui animait les débats, Stéphanie qui leur donnait de la hauteur et Dominique qui les commentait. Et Nath qui a organisé tout ça.

Il y avait Fred de CIA et Manu des batteurs de pavé et Christophe et Sylvie du Pudding qui n’ont pas pu venir.

On a parlé de nos rapports à la ville, à l’espace, aux spectateurs, au texte, au jeu d’acteur, de comment on fait, quelles difficultés on rencontre. On a surtout constaté qu’on fait chacun différemment, que c’est riche, que chacun fait pour des raisons différentes et avec des résultats différents.

Tout cela sera retranscrit, sous la forme d’un livre, dont on ne connait pas encore exactement la forme, c’est le boulot de retranscription qui commence. On va bien s’amuser. On pense que ce livre sera important, intéressant, bien à lire, on espère. On va tout faire pour.

Ce qui est certain, c’est que se rassembler pour échanger sur nos pratiques, sans langue de bois et sans forfanterie, c’est rare, c’est beau, et c’est aussi politique. Cela sort les créateurs de leur solitude, pour revendiquer des choses ensemble. Je crois que c’est quelque chose à multiplier aujourd’hui, à tous les niveaux et quel que soit la forme. C’est exigeant, mais en quatre jours on a vraiment le temps de rentrer dans le fond du sujet. C’est une des manières d’agir sur le monde. Et en plus elle nous rend heureux !


--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7
Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue
Et pour râler, c'est ici :




Archives gérées par MHonArc 2.6.19+.

Top of page