Liste arts de la rue

Archives de la liste Aide


Re: [rue] DAU


Chronologique Discussions 
  • From: "jean marie carrel" ( via rue Mailing List) < >
  • To:
  • Cc: Liste Liste rue < >, Fédération arts de la rue < >
  • Subject: Re: [rue] DAU
  • Date: Mon, 4 Feb 2019 14:39:30 +0530

J’y vais cette fin de semaine, d’abord pour avoir ma propre opinion sur le projet, ensuite (et je suis content de l’apprendre...) pour parler à quelqu’un qui m’écouterait enfin et un peu de porno.
Je me permets de répondre afin de préciser que pour les chômeurs (cad nous aussi les intermittents) le tarif pratiqué est de 20 balles et non 35, ce qui ramène le prix du shot de vodka à 25 balles, un niveau presque raisonnable (argh) pour Paris centre ( s’il y en a deux bien sûr et si c’est mi-tasse), c’est déjà ça... on verra bien vendredi...

à part ça ?
jean-marie carrel
Il y a un événement à Paris dont tout le monde parle, et on accourt de partout, de Berlin, de New-York, de Moscou, de Los Angeles pour y assister.

Cela se passe à l’intérieur du théâtre de la ViIle et du Châtelet en travaux. 

Cela s’appelle DAU. Allusion à un physicien soviétique.

Si j’ai bien compris ce serait une reconstitution de  L’URSS.  
On nous fait un vrai passeport pour rentrer et notre identité est vérifiée.

 

  il y a un magasin de souvenirs où l’on vend des assiettes et des tasses en aluminium et de  vieilles conserves, peut- être une allusion à la vaisselle du goulag. 

Au moins, nous sommes  livrés à nous mêmes,  on imagine ce  l’on peut, on se perd, il y a des sens interdits partout, un personnel de sécurité devant chaque porte. Tout le monde les interroge, ils ne savent même pas ce qu’il y a au bout  du couloir. 

Question malaise, c’est réussi. 

Dans le bar Kino Sex, il ya une vodka à 5 € et des sofas . Le barman me fait goûter deux “ vodkas arrangées au raifort à la cerise etc avant  de me servir celle que j’ai choisie. C’est tout bénéfice, il ne connait rien,  donc sert la vodka dans une grande tasse en étain ou en aluminium, et  chaque  fois une demie tasse. 
Elle n’est pas glacée, elle devrait l’être, le congélateur est en panne, ça c’est clairement soviétique.  Je suis bien  imbibé, je titube dans les escaliers.

4 heures de déambulation libres , on passe du chaud au froid on nous propose 700 heures de film en cabine ,  films tournés dans un immense loft où 400 personnes auraient été invitées à Karkov à revivre l’URSS pendant deux ans.  Je regarde 35 mn, c’est assez fade. Même si parfois, il y a un  peu  de  porno.

On m’invite dans une cabine,  je peux parler de n’importe quoi pendant vingt minutes, une femme du nom de Rosa, est réputée être une bonne écouteuse.  Tout est enregistré, soit on efface soit on garde. 
j’ai aimé  cet exercice. Etre écouté, c’est un luxe.

Il n’y a eu qu’un moment impressionnant, un   vieux chanteur de l’Altaï au type asiatique   chante dans une chambre année 50,  accompagné d’une petite harpe bricolée, sa voix était bien rocailleuse, un chaman me fait une cérémonie un peu ridicule, il me fouette mais on dirait des caresses, agite du thym en feu, et jette le mauvais sort par la fenêtre. Folklorique.

En fait rien ne m’étonne . Même les reconstitutions d’appartements russes avec des bouts de vie à l’intérieur. 
C’est Safari intime de l’opéra Pagaî en dix fois moins bien

J’ai la sensation d’avoir  déjà tout vu.  

 

Occuper un bâtiment en travaux, avec des interventions d’artistes c’est Ilotopie en Avignon, il y a au moins 20 ans 

Thé à à la  rue est allé beaucoup  plus loin avec ses bains.  Parce que là on est pratiquement sans arrêt en-dehors  de tout

Le théâtre de rue a déjà tout inventé, mais avec sa gratuité a été classé théâtre pour pauvres avec le mépris qui va avec. 

Le théâtre de rue a été dix fois plus innovant mais n’a jamais eu l’idée d’occuper un lieu légitimant comme de grands théâtres en travaux, ou le palais de Tokyo, jamais nous n’avons osé mettre le prix de l’entrée à 35 €, jamais nous nous sommes adressés à l’élite de la critique théâtrale ou des arts plastiques.   

Alors on nous a placé  en bas de l’échelle des valeurs théâtrales. 

J’avance une idée idiote . 

 Quand  dans 30 ans, on parlera du théâtre de la fin du vingtième siècle, on ne parlera plus de Chéreau, Vitez  Savary , Strehler,  Planchon , Pommerat, Françon, Py
 On évoquera peut être Mnouchkine celle qui est restée  sur les valeurs de Vilar,  

Non,  il restera le mouvement des arts de la rue, qui  aura été la seule innovation de la fin du vingtième et début du 21 ème siècle.


Mais comme d’habitude, je ne suis pas de mon avis 



jacques Livchine 
Metteur en songes 

























 


--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7
Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue
Et pour râler, c'est ici :


  • [rue] DAU, Jacques livchine, 04/02/2019
    • Re: [rue] DAU, jean marie carrel, 04/02/2019

Archives gérées par MHonArc 2.6.19+.

Top of page