Liste arts de la rue

Archives de la liste Aide


Re: [rue] elle renait tous les ans


Chronologique Discussions 
  • From: "Franck Halimi" ( via rue Mailing List) < >
  • To: Jacques Livchine < >
  • Cc: Liste Liste rue < >, Fédération arts de la rue < >
  • Subject: Re: [rue] elle renait tous les ans
  • Date: Sat, 30 Mar 2019 10:34:06 +0100

Salut, c'est Franck de Bourgogne.

Jacques, ta démarche est magnifique à plus d'un titre.

En effet, elle a le mérite de :
     * souligner le ridicule de la situation ;
     * mettre en exergue le désintérêt (voire le mépris) de l'institution pour le théâtre le plus populaire qui soit ;
     * faire, à la fois, oeuvre sociale, sociologique et artistique.

Et c'est ce dernier point que je vais tenter de brièvement développer, car il m'apparait comme étant, finalement, le plus profond et le plus parlant.

Le fait d'écrire à autant de "structures" théâtrales et de se heurter ("fracasser" devrais-je écrire pour être plus juste) de la sorte au mur institutionnel est une preuve de plus de la déconnexion des autorités avec les réalités du terrain. Et on pourrait considérer que le "théâtre fermé" mérite bien son appellation en (ne) réagissant (pas) de la sorte.

Sauf que "ces gens-là" -qui constituent une espèce de "caste privilégiée" dans le cadre des institutions culturelles françaises- réunissent à eux seuls l'immense majorité des subsides publics que l'État daigne (encore) accorder au milieu théâtral.

Et le mille-feuille de l'administration française est une telle usine à gaz, que les différentes strates font que, une fois que "ces gens-là" ont reçu leur bonne grosse part du gâteau (et bien qu'ils aient tout de même quelques missions de service public à assurer dans leur cahier des charges - actions publiques qui, soit dit en passant, font, du coup, défaut aux petites compagnies qui aimeraient bien pouvoir disposer de ces budgets pour les actions de terrain qu'elles effectuent), hé bien... il ne reste plus grand-chose des fonds publics pour la grande majorité des petites compagnies et de tous ceux qui font du "théâtre ouvert".

Cette thune dont ils disposent devrait donc imposer, a minima, à "ces gens-là" une forme de dialogue et d'intérêt pour ce qui se passe à côté d'eux. Mais, non ! Que nenni !

Ta démarche démontre donc bien, Jacques, à quel point tout le fourmillement du "théâtre ouvert sur le monde" est négligé au plus haut point par tout le système institutionnel français.

Alors, au-delà de mon petit combat d'arrière-garde (l'interlutte pour conserver, voire élargir, des droits sociaux collectifs mis à mal par les gouvernements successifs des 25 dernières années), je trouve ton expérience passionnante du point de vue sociologique.

Car elle souligne avec cruauté à quel point le peuple est méprisé par les castes dirigistes dirigeantes.

Ce qui, par les temps qui courent (trop vite), est une pierre de plus dans leur jardin.

En espérant que cela puisse être la pierre de trop !

En effet, nous n'avons pas conscience du pouvoir de nuisance pour le pouvoir que nous (artistes de seconde, de 3ème et de 4ème zone) avons. Car, si nous en avions vraiment conscience, nous renverserions le monde.

Mais, je crois aussi, Jacques, que cette démarche-là fait oeuvre artistique.

Parce que dans ta persistance à faire coucou de la sorte, de façon intermittente mais persévérante, aux pouvoirs publics, il y a là une forme de geste créatif qui restera. Car ce phoenix que tu incarnes, et qui renait perpétuellement de ses cendres, je le trouve beau et ô combien parlant. Car, comme les arts et les cultures (avec des minuscules et au pluriel), il ne sait pas mourir et n'a de cesse de se reconstruire pour exister en corps et encore...

Voili.

Ami calmant.

@+ Franck de B.
------------------------------


Le sam. 30 mars 2019 à 07:38, Jacques livchine < > a écrit :

J’ai envoyé 152 lettres aux Scènes Nationales, CDN, théâtres nationaux, théâtres municipaux pour leur demander si une co-production pourrait les intéresser. Je spécifiais bien que je n’attendais de leur part aucune réponse.

L’envoi a coûté 870 Francs, je veux dire 132,88 €.  Un timbre c’est effrayant, cela coûte maintenant 0,95 €, presque 6,00 F pour ceux qui se se souviennent des timbres à 0,50 cts il y a 20 ans.

J’espérais zéro réponse. J’ai perdu mon pari.  J’ai eu  4 réponses.

Lionel Massetat du théâtre de St Quentin en Yvelines, et Jean Bellorini du TGP de Saint Denis ont pris la peine de m’écrire une vraie lettre argumentée, ils prenaient la défense de leur structure qui touchait beaucoup la jeunesse contrairement à ce que je prétendais. Bellorini s’opposait au style du projet mettant en jeu l’intimité  des premiers émois amoureux et défendait l’idée que même si les élèves venaient au théâtre avec leur professeur, ce que je qualifais avec mon mépris habituel de public captif, c’étaient tout de même des jeunes au théâtre.

Richard Brunel de la Comédie de Valence  m’a renvoyé la lettre barrée d’un grand trait avec une notation précisant qu’il avait un axe de programmation dont le projet ne faisait pas partie. Laurence Terk de la Scène Nationale de Mâcon a écrit qu’il était trop tôt pour s’occuper de la saison 20/21.

Tout ceci me rappelle sans arrêt le mur des lamentations, on se cogne la tête contre le mur qui ne répond jamais.

Et pourtant il y a quatre ans j’avais fait une autre  tentative auprès de l’Institution théâtrale.  Je leur disais : ne vous cassez pas la tête à faire une programmation, prenez l’Unité, on a de quoi occuper une  année toute entière, avec un répertoire intérieur/ extérieur,  une fête fédératrice,  de la formation etc.

Zéro réponse.

 Or récemment,  le téléphone a sonné : j’ai bien  reçu votre proposition,  passez me voir qu’on en discute.  La lettre avait cheminé pendant quatre ans dans la cervelle de Jacky.  Nous fréquenterons  donc Epinal toute l’année 2020.

Nous appelons cela la lettre de Meyerhold. Quand il n’y a plus aucun espoir, que tout semble plié, il y a toujours une lettre qui arrive pour vous sauver.  

 

 Le théâtre de l’Unité c’est toujours autre chose

 


--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7
Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue
Et pour râler, c'est ici :

JPEG image




Archives gérées par MHonArc 2.6.19+.

Top of page