Liste arts de la rue

Archives de la liste Aide


Re: [rue] Bravo et réjouissons-nous pour nos chevaliers ! et nouvelles de la Fédé


Chronologique Discussions 
  • From: "Jaime L'Espace Public" ( via rue Mailing List) < >
  • To:
  • Subject: Re: [rue] Bravo et réjouissons-nous pour nos chevaliers ! et nouvelles de la Fédé
  • Date: Tue, 9 Feb 2021 00:24:27 +0100
  • Authentication-results: mx0.infini.fr; dkim=pass (2048-bit key; unprotected) header.d=gmail.com header.i=@gmail.com header.b="AZx8rl8x"; dkim-atps=neutral
  • Dkim-filter: OpenDKIM Filter v2.11.0 mx0.infini.fr E386140A45
  • Dkim-filter: OpenDKIM Filter v2.11.0 mx0.infini.fr BF6A1408E3

Bien, Bien, bien,

Quelques personnes de la rue on reçue médaille, et accepté

Nicolas a la honte nationale, Pascal est profondément déçu, Justin doute et Bébert Fanfaronne qu'il connait mieux que personne le gars qui aura ta gueule à la récré...

eh les gars, calmez vous...

cela ne vous concerne pas ou cela vous concerne-t-il tant ? en quoi cela vous.nous concerne ?

prenez du champ de zeus, modérez vos propos :

Hardie la hache aux tête coupées, le glaive raidi dans les ventres vidés, les capos d'un groupe affaibli...

Les médailles ne sont pas le miroir de ceux qui les reçoivent... mais celui de ceux les regardent

Je pose droit d'auteur sur ma citation personnelle.

J'hésite dans vos propos entre

  • La Terreur
  • Une fin de 2nde Guerre Mondiale et des résistants de la derrière heure, jamais efficients ou constructifs dans un réseau organisé
  • à moins que ce ne soit les procès staliniens qui obligent à dire "j'ai mis du verre du pilé dans le beurre du peuple"

Et si les médailles de la rue n'était que stratégie ? ne faisaient que la nique aux décideurs élus en offrant à leurs projets une dimension nationale qui leur est localement niée ?

Et si ces médailles pouvaient simplement leur permettre de rassurer les équipes et bénévoles qui les suivent depuis des mois ? équipages sans revenus autre que la re.connaissance

Pour ma part Jaimelarue,voire les vieux cons,... mais pas la dénonciation aveugle.

Jaime

Le 07/02/2021 à 18:23, Pascal Larderet ( via rue Mailing List) a écrit :
Bonjour tous,
Oui Nicolas S. c'est parfaitement décevant de la part des 2 récépiendaires de cette breloque pour vieux cons qui avancent leurs militantismes de la cause populaire en permanence qu'ils aient acceptés cette aumone d'un gouvernement à fort relent totalitaire.
Dommage que la fédération sous la plume de son Président le valide et le cautionne, voire se réjouisse du travail de la ministre de tutelle parfaitement nulle, potiche et inutile comme chacun le sait depuis le vaccin de la grippe aviaire .
Oui je travaille actuellement sur un projet Brassens à Sete artiste public de grande renommée s'il en est qui lui a refusé à au moins 2 reprises les médailles et les ores de la République.
Blanche Gardin l'a fait et bien fait, c'est donc parfaitement possible de refuser à moins d'accepter le cautionnement de la politique en oeuvre actuellement . Je suis très décu par ces 2 là particulerement par Virginie Foucault que j'estime beaucoup ce qui me rend triste ce soir .
Voila donc si mon avis vous interesse je suis solidaire en tout point avec le message de Nicolas Soloy.
Amitiés du trottoir enfin ce qu'il en reste .
Pascal Larderet Cacahuete




Le dim. 7 févr. 2021 à 17:45, Nicolas SOLOY < > a écrit :
Salut à tou·te·s,

En préambule,  Jean-Luc, tu t'es disqualifié d’office pour traiter du sujet : “dès qu'il y a du positif pour l'un ou l'une d'entre nous, réjouissons-nous, au moins pour eux.”, pour avoir tenu des propos orduriers en 2014, lors de ma prise de fonction au Théâtre de la Noue à Montreuil, fruit de la récompense de mon travail, discours que tu as tenu publiquement sur la liste rue, pour lequel j’aurais dû te poursuivre en diffamation, propos tellement infâme et réitéré que je t’ai d’ailleurs interdit de m’écrire de manière directe.

Ceci clarifié, je maintiens que Roselyne Bachelot est l’une des pires Ministres de la Culture que nous ayons connues, pour au moins deux raisons. D'une part, sous son égide, les acteurs de la Culture, et particulièrement de la Rue, sont mis à mal par les décisions politiques absurdes et délétères mises en œuvre à l’occasion de cette crise sanitaire. Comment oublier les reports et annulations sans justification scientifique aucune, -et sans perspective-, de nos manifestations à ciel ouvert, dont les Rencontres d’Ici et d’Ailleurs ont, par exemple, fait les frais en septembre dernier ? Comment oublier les mesures dérisoires prises à l’égard de l’intermittence -comment un salaire de complément peut-il remplacer un salaire tout court ?-, j’en passe.

D'autre part, Mme Bachelot opère sous la présidence d’Emmanuel Macron, dont il paraît difficile d’oublier les dérives libérales-fascistes, qu’il s’agisse de violences policières, de criminalisation de l’action militante, d’oppression contre la liberté de la presse, de mise à sac des services publics, de mise à mort de notre système de retraites ou de sécurité sociale.   Les ors d’une médaille, soit-elle culturelle, peuvent-ils faire oublier ce qui se passe depuis un an en France? Où est passée la conscience politique de notre profession? Où sont passés les discours militants de celles et ceux qui la constituent? Les médailles seraient-elle la libido des vieux, comme nous questionnait Desproges?   Si à travers ces quelques échanges, les Arts de la rue semblent frappés d'amnésie, d'autres ont su lier la médaille au pouvoir politique qui la décernait: • Blanche Gardin, avril 2019 : “Je suis flattée. […] Mais je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue” https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/blanche-gardin-refuse-une-decoration-son-message-cinglant-a-macron-03-04-2019-8046054.php   • Wilfrid Lupano, mai 2019 :  “ J’ai honte de ce que [ce] gouvernement fait des services publics, au nom du refus dogmatique de faire payer aux grandes entreprises et aux plus grosses fortunes les impôts dont elles devraient s’acquitter" https://www.franceculture.fr/politique/pourquoi-des-artistes-refusent-ils-des-decorations-republicaines   • Frédéric Michelet, février 2021 : “Je ne vais pas m’étendre, le décret est pris sans me demander...” Refuser ces médailles aurait pu être un geste politique fort, une occasion d’attirer l’attention des médias pour alerter ; au lieu de cela, circulez, y a rien à voir. Je suis bien désolé, Fred, mais j'avoue que j'ai honte d’une partie de ma famille ces jours-ci. Bonne vigilance à tou·te·s, Nicolas Soloy www.anthropologues.com        

Le sam. 6 févr. 2021 à 17:53, JL des Goulus < > a écrit :
Mais oui, dès qu'il y a du positif pour l'un ou l'une d'entre nous, réjouissons-nous, au moins pour eux.
Bien sûr, que c'est de la caresse de pompes et du tape à l'oeil, et alors ?
Il faudrait exiger de nos pairs qu'ils soient horrifié.e.s d'être honorer ?
Il y a quand même des sujets qui méritent plus notre ire et notre mobilisation.

Quant à la Ministre, bin non, c'est pas la pire...
Comme on dit, elle fait de la figuration intelligente ou elle a un petit rôle, mais elle écoute, elle se bouge, en vain certes, mais qui a t elle en face ?
Darmanin, Bruno le Maire, et Macron ? Bonjour les loustics... 
Elle a fait en sorte d'avoir du blé comme jamais pour la Culture dans son ensemble... Ne lui demandons pas ce qu'elle ne peut pas donner.
Oui, elle perd presque tous les arbitrages possibles et inimaginables,
mais avant elle, qui étaient là : Riester ? Genre pâle comme un lavabo...
Et l'autre ministre avant (j'ai déjà oublié son nom), nommée en remerciement des services rendus par son père ?

Ne nous trompons pas de combat !
Notre ennemi (pour paraphraser qui vous savez) ce sont le système pyramidal et hiérarchique au Ministère et ailleurs, et la Culture de l'économie de la Culture !
Et le pire, c'est que presque tous les acteurs de la culture veulent revenir à ce qui prévalaient avant la pandémie.
Nous avons un système culturel totalement mortifère, sclérosé, hiérarchisé, ou l'excellence prédomine pour une raison principale, faut pas déconner, le bankable.

Tiens, pour faire mon important, hier, nous déjeunions avec des représentants d'une scène nationale.
Le discours sur les arts de la rue rejoignait celui de la ministre quand elle nous reçoit :
"Votre problème, c'est la gratuité. Nous, nous sommes arque-boutés sur la billetterie... Quand tu vas au ministère et que tu dis, Machin, il fait tant d'entrées et voilà les billets,
le ministère ne peut qu'opiner du chef. Vous, en arts de la rue, vos interlocutrices sont les collectivités locales. Le ministère ne se sent pas "engagé" avec vous, ou si peu. Et la preuve de votre succès est méprisée parce qu'elle est confondue avec de l'événementiel... forcément méprisable. Au moins le Cirque a de la billetterie. Le marqueur culturel, c'est la billetterie. "
(Pour votre information, le ministère de la culture donne juste ce qu'il faut... genre 10 millions et encore, il faut y mettre tous les Cnarep, Artcenaz, les 29 conventionnés, et la Fédé.... toujours dans le souci d'avoir le contrôle sur les différentes tendances et secteurs.)

Je me rappelle que Jean-Marie Songy avait soulevé ce point de la gratuité dans ce qu'elle nous pénalisait dans le combat d'alors sur la reconnaissance des arts de la rue.
Vaste sujet qui a créé du malaise et du débat, mais nous continuons de défendre les arts de la rue comme un service public en arguant l'égalité dans la rue et dans l'espace public.
Notre problème de "bisounours" est que nous avons des valeurs et que nous combattons pour elles... les doux dingues... mais ....
"Dans la rue, nos spectacles sont aussi bien pour les tongs que pour les chaussures en croco"
Dans la variable d'ajustement du ministère, si c'est pas du mépris, ça y ressemble pas mal....
Mais nous ne lâchons rien !

Nous avons raison de nous battre pour défendre des spectacles non rentables, non bankables, des Ovni dans un monde culturel à bout de souffle et surtout confisqué par des personnes sous dialyse hiérarchique.  Nous sommes 26 au C.A. et encore d'autres au Groupe de Travail Covid , Nous nous tapons, genre 5 à 7 visio par semaine... Nous ne lâchons rien du tout. Il y a des commissions, des porosités avec d'autres fédé ou syndicats. Nous sommes tout le temps et sans jamais cédé, forces de propositions, que ce soit dans les fédés régionales qu'à la fédé nationale.

En ce moment, c'est la bagarre sur les textes des décrets et des arrêtés. Nous voulons que "l'espace public" soit inscrit dans les textes avec toutes ses spécificités et son langage spécifique... Les ERP, ras le bol . La réunion, que nous avons exigée aura lieu le 19 février prochain. C'est un peu la dernière occaz.
Une proposition a été faite aussi d'organiser une visio avec toutes les fédés régionales et nationale et les Drac pour faire connaitre nos secteurs arts de la rue.
Si l'on se fout encore une fois de nous... il faudra se mobiliser !!

Nous sommes au taquet... Sur le Off de Charleville, nous avons rdv avec Themaa (fédé ou syndicat des marionnettistes) pour aller au charbon à la mairie et à la nouvelle direction.
Sur ce sujet du Off, arrêtons de cracher dans la soupe. Il y a des règles, personne n'est obligée de les respecter. Chalon n'avait pas de critère de sélection, jusqu'à ce que le Maire d'alors trouve un peu too much le déferlement de compagnies; Pour contourner les interdits qui auraient pu tomber, la direction d'alors a proposé de limiter le nombre de compagnies mais de mieux les recevoir... Le Ministère, pour votre info, aimerait beaucoup qu'il n'y ait plus de Off du tout, et à Chalon, et à Aurillac.... Arrêtez de vous faire avoir par la fameuse phrase "Non mais tu sais, il y aura des programmateurs"...C'est de votre choix que de vous faire avoir comme des bleu.e.s.    Il faut encore et toujours revendiquer notre liberté de jouer ou pas... Le confort n'est pas un objectif !

Pour le quatorzième Cnarep, nous attendons la fin complète du précédent pour lancer avec les institutionnel.le.s et les partenaires des projets expérimentaux, en se basant sur une gouvernance différente et sur l'un des points du Plan de revitalisation de la Culture, que nous portons avec l'Ufisc. La difficulté étant l'opacité dans le choix des nominations... Depuis Aurillac, ça craint !! De plus, il faut avouer que le ministère n'avoue jamais qu'il s'est planté... C'est d'un pénible et signifie que le système est totalement figé et bloqué.

Notre antienne, depuis le début, est de combattre les annulations et de militer pour que nous puissions jouer. A cette fin, nous aurons aussi à nous déplacer à Sotteville pour expliquer notre cheminement... Nous avons des super directeurs et trices techniques qui sont au faît des textes et de leurs interprétations. Notre professionnalisme quant à la gestion des publics (aucun accident majeur en 40 ans) nous le portons haut. Et nous continuons et continuerons.

La Fédération des arts de la rue, qu'elle soit régionale ou nationale est constituée de bénévoles qui vont au charbon tous les jours. Nous sommes connus pour être combattif et force de proposition. Au CNPS, nous siégeons parfois, quand cette foutue hiérarchie de m... ne nous place pas dans les derniers strapontins. Nos relations avec les Cnarep sont plutôt bonnes, l'association étant quand même un puzzle totalement abstrait, mais dans nos combats nous allons dans le même sens... Et nous n'avons pas les moyens, ni l'envie, ni l'énergie de nous foutre sur la gueule, bien au contraire !

Il y a une OPP en cours... qu'il faut absolument remplir dans les plus brefs délais. Le problème des institutionnels est qu'ils veulent des dossiers, des chiffres... Ils en bouffent quotidiennement et comme dit précédemment, via les représentants d'une scène nationale, c'est l'économie qui prime. Nous travaillons sur le monde de l'Après, mais peu se sentent concernés sur les champs culturels. Il y a des pré carrés et des avantages que d'aucun(s) ne veulent pas perdre. Donc, cet OPP (Observation Participative et Partagée.) a pour fonction d’outiller les réseaux et groupements afin de favoriser la gestion et l’animation de leur démarche d’observation (pérenne ou ponctuelle) et d'études (état des lieux, enquêtes flash, études, formulaires dématérialisés divers, etc.). Elle est à destination des groupements de types :
  • Organisations professionnelles (fédérations, syndicats, etc. )
  • Réseaux structurés d'opérateurs de terrain (réseaux territoriaux)
  • Collectivités publiques (services administratifs)
Cette O.P.P permet de montrer des chiffres à la direction du travail. L'objectif étant d'être suffisamment nombreux pour que nous siégions dans des instances paritaires ou ne nous sommes pas représentés. M'en demander pas plus, déjà je suis aux fraises. Bref, nous sommes nombreux, mais il faut le prouver. Oui, c'est aller sur le terrain ou sont les syndicats mais avec nos propres spécificités. Personne ne parlera de nous en dehors de nous. C'est la force de ces Fédérations nationale et régionales qui font des envieux. Toujours est il que ce sont les structures adhérentes qui doivent y répondre, et ça Uuuurge ! Bernadette et Laurence sont sur le coup et vous recevez un mail par semaine... Aidez les... ou appelez les !

Mot plus perso de président :

Clivant et grande gueule comme j'étais, j'avais juste proposé de faire l'intérim pendant trois mois. Bientôt trois ans. J'ai appris à mordre mon chapeau, à avaler des couleuvres, à endosser un rôle pour ne plus être moi quand j'écris ou parle. J'ai compris l'importance que ce soit un artiste qui soit porte parole de la Fédé le 27 août 2020 à la réunion du CNPS, ou sur une cinquantaine de représentant.e.s du spectacle, t'es le seul artiste avec une parole de praticien. J'ai fait ce que j'ai pu, avec une équipe et un bureau formidable avec lequel nous avons bossé comme des taré.e.s. Non, je ne serais pas chevalier... cavalier, c'est bien déjà. Je n'ai pas de jouissance particulière à avoir présidé... Même en frais de bouche, j'ai été le moins dépensier. J'aimerai un binôme pour la prochaine présidence, voire plus... Un duo, trio... pour cela il faut bien s'entendre. Je n'avais pas de plan de carrière en vue... je suis vachement moins énervé qu'avant... mais pas moins pugnace et combattif. Il y a plein de gens nouveaux et magnifiques à la Fédé et ils sont à fond. Nous ne lâchons rien et nous avons raison. Les fédés régionales se battent aussi pied à pied.... il n'y pas un ou une, il y a du monde, et il ne faut pas non plus minimiser vos apports aux un.e.s et aux autres. Les Fédés sont de merveilleux outils sous dotées mais super militantes. Ce sont les seules à se battre spécifiquement en région et au national de manière bénévole et militante pour Nos secteurs des Arts de la rue. Faites un peu plus que soutenir du bout de la langue, Adhérez et militez là ou vous pouvez. Nous n'avons rien à perdre et c'est nous qui avons raison sur le long terme. Les Liens culturels, nous en sommes les pratiquants et les porteurs.

JLuc (encore un peu président de la fédé)


Le samedi 6 février 2021 à 10:20:32 UTC+1, FREDERIC < > a écrit :


je ne vais pas m’étendre, le décret est pris sans me demander...
Après cette « distinction » en chocolat, est donnée pour mon engagement au service de la culture et des auteurs de mon pays
N’étant engagé à la SACD (j’imagine que ça bien de là) qu’auprès des arts de la rue, je vois juste un petit acte de plus de reconnaissance envers nos dispositifs et notre secteur, dans ces moments de tourmente, pourquoi pas…


Frédéric Michelet 
Auteur, comédien, metteur en scène
Directeur Artistique cie CIA. 
Responsable du module Dramaturgie de la FAIAR, Formation Supérieure des Arts de la Rue
06 16 67 68 78








Le 5 févr. 2021 à 19:29, Nicolas SOLOY ( via rue Mailing List) < > a écrit :

Salut à tou.te.s,

Je m'interroge. Entre Fred et Virginie, les colifichets pleuvent ces jours-ci.

Au-delà du fait que c'est l'une des pires Ministres de la Culture qui leur décerne cette médaille en chocolat, et que perso, ça me ferait en plus mal au cul d'être décoré en pleine occupation sanitaire par un des sbires de Macron-Pétain, bref...

Les Arts et Lettres, ça se sollicite, puis ça s'octroie. Et du coup, je me demande... La reconnaissance du secteur des arts de la rue n'est-elle pas suffisante? Quel besoin y a-t-il à vouloir recevoir une médaille en chocolat? L'un, auteur et metteur en scène de rue, administrateur rue de la Sacd, l'autre, directrice de Cnar, tous deux reconnus par leurs pairs sont-ils à ce point déçus, et à juste titre, par nous autres? Éclairez-moi? Ça va apporter son quartier de noblesse aux arts de la rue? Ou bien c'est une démarche d'ordre psychanalytique? Ou bien vous négociez un caveau au Père-Lachaise voire au Panthéon? Ou vous souhaitez rattraper Gamblin et Caubère qui passent Commandeurs cette année?

Bref, désolé si l'anar qui sommeille en moi vous gâche le plaisir de ces réjouissances, mais Fred et Virginie, pouvez-vous m'éclairer, et par là-même la rue, plutôt dans l'ombre ces temps-ci?

Bref, bien à tou.te.s,

Nicolas Soloy
www.anthopologues.com

PS: 
Ah, au fait, ça se refuse aussi, les médailles: Georges Sand, Blanche Gardin, Jacques Tardi, Montand, Lelouch, Deneuve, entre autres, ont donné l'exemple.

Le 5 févr. 2021 à 10:15, francoismary < > a écrit :


Un message qui fait du bien, je relaie.

" En cette période de crise sanitaire où le monde de la culture est très affecté, quelle belle nouvelle pour l'une de ses plus belles ambassadrices.
Après avoir été faite Chevalier dans l'Ordre National du Mérite en 2014, j'adresse mes sincères félicitations à notre amie Virginie Foucault, Directrice du Boulon qui a été reçue Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres par Madame Bachelot Ministre de la Culture. Cette reconnaissance de la Nation salue l'investissement culturel d'une femme du Nord tout particulièrement du valenciennois.
Consécration pour une femme engagée pour le développement des arts de la rue et qui a fait naître un festival « Les Turbulentes » un rendez-vous devenu incontournable depuis 1999. Investie et engagée à la cause de la Culture urbaine, elle a contribué avec l'aide de la ville de vieux condé et surtout de Valenciennes-Métropole à faire d’une ancienne boulonnerie l'épicentre d'une relation complice et sensible entre les artistes, les publics et la cité pour en obtenir une labellisation en « Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public » par le Ministère de la Culture et de la Communication en septembre 2013 constituant "Le Boulon" comme le seul équipement de référence nationale au nord de Paris et la première scène de France en venant des plats Pays d’Europe. Grâce à sa passion, c'est un vrai coup de projecteur sur notre territoire qui est posé tous les ans en Mai avec une belle programmation toute l'année. Cette reconnaissance nous la portons tous avec fierté."

Ali Ben Yahia, maire de Beuvrages.

Bonne journée,
François



--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7 Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue Et pour râler, c'est ici : --
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7 Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue Et pour râler, c'est ici :
--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7 Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue Et pour râler, c'est ici :
--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7
Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue
Et pour râler, c'est ici :
--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7
Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue
Et pour râler, c'est ici :
--
Pour gérer votre abonnement, c'est par ici : http://www.cliclarue.info/#tabs-7
Pour consulter les archives, c'est par là : http://listes.infini.fr/cliclarue.info/arc/rue
Et pour râler, c'est ici : 
 



Avast logo

L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
www.avast.com





Archives gérées par MHonArc 2.6.19+.

Top of page